Le Radar de la Foodtech #13 : Ÿnsect

🪲Ÿnsect c’est quoi ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Ÿnsect est le leader mondial de la production de protéines et d’engrais naturels d’insectes. Fondée en 2011 à Paris par des scientifiques et des militants écologistes, l’entreprise, membre du Next40 et labellisée B Corp, transforme les insectes en ingrédients haut de gamme et de grande valeur pour nourrir les animaux, les plantes et les êtres humains. Depuis ses fermes ultramodernes construites à cet effet, Ÿnsect offre une solution écologique, saine et durable pour répondre à la demande mondiale croissante de consommation de protéines et de plantes.

🪲Comment et quand a démarré l’aventure Ÿnsect ?

Ÿnsect a été créé en 2011 par des scientifiques et militants écologistes. Ces derniers, à la lecture d’un rapport de la FAO, ont pris conscience de la nécessité de trouver des solutions durables pour produire plus de nourriture avec moins de terres, de matières premières et d’eau. En effet, d’ici à 2050, nous devrons augmenter de plus de 70% notre production alimentaire pour faire face aux besoin de la population de notre planète ; et ce, avec seulement 5% de terres agricoles supplémentaires.

🪲Qui vous achète ces fameuses protéines d’insectes et pour quel usage ?

Dans nos fermes verticales, nous produisons aujourd’hui des protéines sous forme de farine et d’huile, mais également du fertilisant grâce aux déjections d’insectes. Ces produits nous permettent d’adresser tous les marchés : alimentation animale, humaine et végétale.

  • +23% de rendement sur les vignes
  • +35% du taux de protéine dans le maïs
  • Nette amélioration de la floraison et meilleure résistance à la sécheresse estivale pour les plantes ornementales
  • Augmentation de la biomasse et amélioration des sols
  • Meilleure résistance aux maladies pour les salades et les pommes de terre
  • 25% de mortalité dans les élevages de bars et -40% de mortalité des crevettes
  • +34% des rendements de la truite arc-en-ciel
  • Diminution des maladies de peau chez les chiens
  • Hypoallergénique
  • 86% de digestibilité pepsique
  • Jusqu’à 60% de baisse du cholestérol
  • Sa teneur élevée en protéines (72%) et sa faible teneur en cendres (2%) en font un ingrédient premium très digeste, qui peut être utilisé en cas de troubles digestifs.
  • L’Université de Maastricht a démontré que la protéine d’insecte possède autant de bénéfices nutritionnels que la protéine de lait (digestion, absorption et capacité à stimuler la croissance musculaire)
  • L’institut de recherche sanitaire de Tarragone et le département de biochimie ont démontré qu’en comparaison avec la protéine d’amande, la protéine d’insecte permet une consommation moindre pour un apport en énergie égal, sans somnolence ni fatigue.

🪲Combien de clients comptez-vous ?

Nous avons des clients aujourd’hui dans nos trois marchés et dans toute l’Europe. Nous avons par exemple COMPO pour la nutrition végétale, Skretting ou Fungfeed pour la nutrition animale, et FlinFood, Jiminis, Isaac Nutrition, HeyPlanet ou encore Zirp pour l’alimentation humaine. Aujourd’hui, alors même que notre quatrième site de production d’Amiens n’est pas encore terminé, notre carnet de commandes est déjà rempli pour les 3 prochaines années et s’élève à 150 millions de dollars. Nous avons également 750 millions de dollars en négociation, d’où la nécessité de construire rapidement d’autres fermes.

🪲J’ai cru comprendre que vous aviez racheté une entreprise américaine en début d’année ? Vous pouvez nous en dire plus ?

En 2022, nous avons fait l’acquisition de Jord Producers, entreprise américaine située dans le Nebraska, au cœur d’une terre agricole et d’un bassin céréalier important. Premier site d’Ynsect sur le territoire américain et troisième site de production du groupe, ce rachat permet à Ynsect d’inaugurer sa première écloserie qui permettra d’alimenter les futures fermes américaines en insectes. Aujourd’hui, ce site de production nous permet d’adresser le marché des poules de compagnie, marché en forte croissance depuis les différents confinements.

🪲J’ai vu que vous aviez pas mal levé, notamment 372 millions d’euros fin 2020 : pour quoi faire et auprès de qui ?

En octobre 2020, nous avons bouclé notre série C, avec un montant historique de 435 millions de dollars. C’est la levée la plus importante dans le secteur de l’Agtech, hors US. Cette levée a été rendue possible grâce aux partenaires existants d’Ynsect mais également grâce à l’entrée de nouveaux actionnaires. Parmi les actionnaires, on peut retrouver BPIFrance, Astanor, Upfront, Talis Capital, FootPrint Coalition, Happiness Capital, Demeter, Ademe, Quadia, la caisse d’Epargne des hauts-de-France, la région Bourgogne Franche Comté, Picardie investissement gestion …

🪲Quelle est votre ambition avec Ÿnsect ?

Notre ambition est simple : remettre l’insecte à la base de la chaîne alimentaire, c’est-à-dire la place qui lui revient et nourrir la planète tout en préservant la biodiversité et ressources naturelles. Depuis sa création, les choses ont beaucoup évolué. Si nos premiers marchés étaient exclusivement l’alimentation animale puis végétale, aujourd’hui, les lignes et les lois changent au regard de l’alimentation humaine. Les consommateurs européens s’ouvrent de plus en plus. Un récent sondage conduit par Ÿnsect et OnePoll auprès de consommateurs britanniques, américains, néerlandais et français met en lumière que 96% des répondants ayant goûté des insectes déclarent avoir aimé et réitérerai l’expérience. Bientôt, trouver des produits à base d’insectes dans nos étalages sera commun. C’est vers cela que nous tendons.

🪲Votre plus grande fierté avec Ÿnsect ?

Notre plus grande fierté avec Ÿnsect est d’avoir réussi à mobiliser autant de personnes aux cultures, histoires et expertises différentes. De 4, nous sommes aujourd’hui plus de 300, répartis entre la France, les Pays-Bas et les USA. Ensemble, nous apprenons et découvrons les propriétés de nos insectes, élaborons de nouveaux produits, débroussaillons de nouveaux chemins dans le secteur alimentaire et faisons bouger les lignes quant à l’acceptabilité. C’est un travail quotidien, que nous réalisons collectivement.

🪲Ynsect en trois dates, ça donne quoi ?

Depuis sa création, Ÿnsect a connu de nombreux temps forts. Mais on pourrait retenir :

  • 2011 : une idée et 4 cofondateurs, naissance d’Ÿnsect
  • 2016 : après 4 années de R&D et la clôture de son deuxième tour de financement, Ÿnsect inaugure sa première ferme verticale dans le Jura. Véritable prouesse technologique, cette première unité est le fruit de plus de 20 brevets déposés et permet à Ÿnsect de livrer ses premiers clients dans le secteur du petfood.
  • 2021 : Fort de la clôture de son troisième tour de financement, Ÿnsect se lance sur le marché de l’alimentation humaine et accélère son expansion internationale avec le rachat de l’entreprise néerlandaise Protifarm. Cette acquisition permet, grâce à une troisième ferme verticale, d’accroître la capacité de production d’Ÿnsect et d’avoir désormais deux insectes dans son portefeuille. En janvier 2021, l’EFSA délivre son feu vert pour la consommation du scarabée molitor par l’homme. C’est le premier insecte à recevoir un avis positif pour la consommation humaine dans le monde.
  • 2022 : mise en production de notre ferme d’Amiens, la plus grande ferme verticale au monde (45 000 m² et 36m de haut).

🪲Quelle est votre actualité du moment ?

En juillet 2022, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a délivré une évaluation positive quant à la consommation du scarabée Buffalo par l’Homme. Cet insecte devient ainsi la quatrième espèce d’insectes à recevoir ce feu vert. Cette évaluation est une très bonne nouvelle : si l’autorisation des insectes pour la consommation humaine est un concept relativement nouveau, il prend déjà son essor sur les marchés en développement. Nous avions déjà reçu en janvier 2021, une évaluation positive pour notre scarabée Molitor, également en alimentation humaine.

🪲Quid de vos ambitions pour les prochaines années ? Autrement dit Ÿnsect dans 2 ans, ça donne quoi ?

D’ici la fin de l’année, notre quatrième site de production, dont les travaux ont commencé en mars 2020 à Amiens, sera en activité et en capacité de livrer des protéines. Dans deux ans, cette ferme verticale, la plus grande au monde, aura une capacité de production de 200 000 tonnes d’ingrédients par an. D’ici deux ans, nous aurons encore avancé en terme d’acceptabilité par l’homme des insectes dans l’alimentation et aurons réussi à développer nos marchés dans ce secteur, toujours sur nos piliers santé et performance. Enfin, dans deux ans, nous aurons certainement développé notre présence sur le territoire américain.

🪲Y a-t-il une foodtech dont vous admirez particulièrement le développement et pourquoi ?

On peut parler d’Infarm. De la même manière que ce que nous faisons, Infarm a aussi pour but de créer un nouveau système alimentaire. Cette entreprise d’agriculture verticale utilise beaucoup moins de terres et d’eau que les cultures traditionnelles. Ils sont déjà internationalisés avec une présence notable en Europe, Etats-Unis et en Asie. Leur impact est considérable et admirable. Ils ont également réussi le pari de lever des fonds et assurer une communication de très grande qualité auprès du grand public, chose indispensable pour sensibiliser et travailler au changement à long terme.

--

--

FuturaGrow, l’accélérateur de lafoodtech lancé en partenariat avec Sodebo et Brioches Fonteneau.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
FuturaGrow

FuturaGrow

FuturaGrow, l’accélérateur de lafoodtech lancé en partenariat avec Sodebo et Brioches Fonteneau.