Le radar de la foodtech #9 : Mo’rice

✍🏻 Propos recueillis par Yasmine Fassi Fihri, Responsable Communication Futuragrow & Startup Palace

Ils sont gourmands, délicieux et surprenants… Vous avez peut être déjà entendu parlé de ces produits dont l’histoire a commencé dans le Sud de la France, bios et à base de produits végétaux. Aujourd’hui retrouvez l’interview de Jean Christophe Bernard, co-fondateur de Mor’ice. De quoi titiller vos papilles 😋

Bonne lecture ! 🤓

Salut et merci pour l’invitation ! Mo’rice revisite les classiques de la gastronomie française en version végétale à base de céréales et graines françaises. Tout un défi !

Quand on a eu cette idée avec Damien fin 2016 à part des alternatives au soja il n’y avait pas grand chose en rayon en France, même si le coco commençait à apparaître en rayon. On ne voyait pas une grande différence entre un produit vendu en réseau bio et en GMS. A part les pesticides et quelques additifs interdits dans le bios on trouvait de nombreux produits ultra transformés avec des arômes et parfois des additifs très controversés tels que le carraghénane par exemple.

On a voulu changer ça et mettre un peu de fun dans ces rayons, aucune marque ne nous faisait vraiment rêver. Morice c’est pour les gens de notre génération (30–40 ans) même si beaucoup de mamies achètent nos produits parce qu’elles en ont marre du soja et peut-être aussi parce qu’elles ont un ex qui s’appelait Maurice qui sait ? 😁

Compliqué de connaître exactement le nombre de consommateurs mais nous sommes présents dans plus de 1200 magasins bios.

Pour les consommateurs via nos réseaux sociaux même s’il faut être de plus en plus créatif pour pouvoir toucher ne serait-ce que notre communauté sur Instagram/Facebook. De temps en temps la presse parle de nous.

Pour les magasins, nous les visitons régulièrement afin de créer du lien avec eux, c’est hyper important pour une petite marque comme nous que notre discours et nos produits soient bien compris par les responsables de rayons.

Depuis le début de l’aventure notre objectif est le même, valoriser des ressources locales et revisiter notre patrimoine gastronomique en version végétale. Et à chaque fois nous nous efforçons de tirer le maximum des propriétés intrinsèques de nos matières premières ! Le riz par exemple a l’avantage d’être neutre en goût, doux et de couleur blanche du coup au premier coup d’oeil on a vraiment l’impression de touiller un yaourt. D’autres céréales comme l’avoine par exemple contiennent de l’amidon comme le riz donc vont texturer naturellement mais vont plus donner une texture de bouillie et la couleur ne sera pas aussi nacrée.

Le consommateur est très exigeant, si on l’écoute il a toutes les vertus du monde (vouloir consommer local, bio, plus végétal) mais si on arrive pas à le convaincre par le goût et le visuel il ne rachètera jamais nos produits il n’est pas là pour faire du social !

Personne n’avait fait une alternative végétale au fromage blanc avant nous par exemple et nous sommes les premiers à avoir sorti une crème dessert à base de sarrasin je sais que de nombreux collègues travaillaient dessus mais nous avons réussi à être les premiers, à jamais les premiers comme on dit à Marseille ! 😀

Damien Meyrignac et moi même.

Oui nous avons levé 250K€ il y a presque 3 ans nous ne sommes pas très dépensiers avec Damien ! 🙂

Continuer à être toujours aussi innovants et agiles. Intégrer les magasins bios où nous ne sommes pas présents et il y a encore du boulot !

Nous sommes 9 et non nous ne recrutons pas nous faisons souvent appel à des freelance pour ne pas trop puiser dans notre trésorerie.

Je prendrais plus de stagiaires dès le début ! 🙂 On ne se trouvait pas légitimes pour ça, si on ne nous avait pas sollicité nous n’aurions pas pris les stagiaires du début (hein David ?!).

Et j’aurais éteint mes mails le week-end plus tôt. Avec mon associé on a une règle, si l’un ou l’autre apprend une mauvaise nouvelle pendant le week-end on attend toujours le lundi pour s’en informer, comme ça il y en a au moins un qui passe un bon week-end ! 😆

D’avoir embarqué toutes ces personnes motivées autour de nous ça nous donne une énergie incroyable. D’avoir pu partager cette aventure avec un ami en qui j’ai entièrement confiance et de l’avoir vu grandir, Damien est bluffant il n’avait jamais travaillé directement dans l’agro et il apprend à une vitesse folle, il va même faire le commercial à ma place si ça continue ! Mais du coup il me fait grandir aussi et il me challenge, on a même décidé qu’on allait faire notre revue d’objectifs ensemble chacun sera le chef de l’autre je vous dirai bientôt si c’était une bonne idée.

Notre binôme avec Damien, notre curiosité et notre modestie (en toute modestie 🙂 !). Blague à part selon moi il faut toujours se remettre en question, chaque victoire c’est seulement une étape dans notre construction et en distribution tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre même si nous sommes plus protégés dans les réseaux bios.

Ah bon je vois pas de quoi tu parles ?! Et oui même si nous nous appelons MoRICE, depuis le début nous ne voulons pas nous cantonner au riz (tu l’as ? 😆) On a donc testé plusieurs céréales et c’est finalement le sarrasin que nous avons voulu utiliser pour en faire une crème dessert au goût choco noisettes celle là elle ne vous fera pas vous lever de votre chaise mais elle vous fera tomber par terre de plaisir !

On voyait plusieurs avantages avec la graine de sarrasin, déjà ça nous permettait de mutualiser sur notre technologie déjà présente à l’usine. D’un point de vue agro, la graine de sarrasin est une céréale mineure qui malgré ses intérêts agronomiques et environnementaux peine à se développer. D’un point de vue nutritionnel enfin, le sarrasin est sans gluten, a plein de protéines et de minéraux et a un goût torréfié plutôt sympa.

Et il est encore trop méconnu, je suis sur que très peu de gens savent même quel tête ça a du sarrasin et son goût à l’état brut. Et nous c’est ce qu’on fait, comme sur le riz de Camargue, nous partons de la graine entière et la transformons en boisson végétale et ensuite la magie opère pour en faire une crème dessert !

On sait que les bretons vont adorer ce produit même si notre sarrasin vient d’Occitanie, il est même cultivé à moins de 50km de l’usine. J’espère que les bretons ne seront pas trop chauvins mais c’est pas ce qui les caractérise je crois😄

Ça donne une présence dans 2000 magasins bios et à l’export dans 5 pays européens.

Rendre nos produits encore plus accessibles d’un point de vue gustatif et prix. Se lancer dans de nouvelles catégories de produits et continuer à avoir de bonnes intuitions sur l’évolution du marché.

Moi j’admire Sébastien Loctin de chez quintesens, sa vision et le fait qu’il ne veuille faire aucun compromis dans l’élaboration des ses produits. En plus c’est un mec bien.

--

--

FuturaGrow, l’accélérateur de lafoodtech lancé en partenariat avec Sodebo et Brioches Fonteneau.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
FuturaGrow

FuturaGrow, l’accélérateur de lafoodtech lancé en partenariat avec Sodebo et Brioches Fonteneau.